Image d'une femme avec une tasse de thé, regardant un écran sur lequel un homme portant des lunettes et un costume sourit.

Réduire les préjugés dans la recherche utilisateur en 10 étapes simples

Vous pouvez être le meilleur chercheur en UX du monde, mais quoi qu'il arrive, quels que soient vos efforts, les préjugés dans la recherche sur les utilisateurs sont inévitables.

Cela va simplement se produire à chaque fois. Je suis désolé.

Vous pouvez essayer d'être aussi impartial, neutre et détendu que possible, mais les humains sont littéralement construits pour porter des jugements et prendre des décisions rapides. Nos préjugés sont là pour nous garder "en sécurité" et sont présents à un niveau précognitif.

Oui, cela semble ennuyeux de répéter le vieux trope sur les tigres à dents de sabre et autres, mais c'est vrai. Et les chefs de produit, eh bien, oui, ils ont leur propre sauce spéciale de jugement 😉 .

Même lorsque nous essayons consciemment de rester impartial, notre subconscient est toujours là, vrombissant avec tout ce que nous avons déjà pensé, vu, ressenti ou vécu, ce qui biaise notre point de vue. Il s'infiltre dans la moindre de nos pensées.

Cela signifie que les biais de la recherche UX font autant partie du processus que la recherche elle-même.

Mais n'ayez crainte ! Cela ne signifie pas que votre étude utilisateur est condamnée à être biaisée et inexacte. Au contraire, cela signifie que vous devez réduire autant que possible la quantité de biais. Bien que vous ne puissiez jamais éradiquer et prévenir complètement les biais de recherche, vous pouvez vous efforcer de les minimiser.

La prudence est de mise !

Qu'est-ce que le biais dans la recherche sur les utilisateurs ?

Dans le contexte de l'UX, le terme "partialité" désigne les hypothèses ou les croyances préconçues des personnes qui mènent la recherche, qui peuvent conduire à des données invalides ou inexactes.

Il peut également s'agir des préjugés et des hypothèses des sujets de la recherche.

En fait, nous sommes tous un gros sac de gens qui jugent énormément. Pas de haine, nous sommes tous dans le même bateau ici.

Prenons l'exemple suivant : un chercheur interagit avec les participants et suppose qu'ils connaissent la réponse à certaines questions alors que ce n'est pas le cas. Cela peut influencer la manière dont il formule ses questions et dont il interprète les réponses des participants, ce qui peut conduire à des conclusions potentiellement fausses.

Un autre exemple pourrait être celui d'un chercheur ayant un objectif particulier à l'esprit lorsqu'il mène une recherche sur les utilisateurs. Sans le vouloir, le chercheur pourrait manipuler son questionnement pour favoriser un résultat préconçu au lieu de laisser les participants fournir des opinions et des commentaires honnêtes. L'ensemble de l'opération est voué à l'échec dès le départ, avec des questions suggestives, des modifications du langage et même la présentation des réponses, ce qui entraîne un biais dans les réponses données. Même la façon dont l'étude est structurée, avant même que la toute première question ne soit posée, peut être biaisée.

Ce ne sont là que quelques exemples, mais il existe bien d'autres préjugés qui peuvent se glisser dans la recherche sur les utilisateurs.

Tous les préjugés doivent être reconnus pour garantir que des données exactes sont collectées de manière à rendre le processus de recherche UX efficace.

Alors pourquoi les recherches sur les utilisateurs sont-elles biaisées ?

Les préjugés peuvent se glisser dans les recherches sur les utilisateurs par de nombreux moyens sournois, même lorsque nous sommes très vigilants.

Parmi les causes les plus courantes, on peut citer la fatigue du chercheur, qui se manifeste lorsque les chercheurs s'ennuient ou perdent leur concentration après avoir posé trop de questions lors d'entretiens ou d'enquêtes. Cela conduit souvent à tirer des conclusions hâtives et à mal interpréter les données en raison d'un manque d'attention.

Une autre cause pourrait être le biais de confirmation, c'est-à-dire lorsque la recherche aboutit à des résultats qui confirment les croyances antérieures du chercheur. Il s'agit d'une forme particulièrement dangereuse de biais, car elle sape l'ensemble du processus et conduit à des hypothèses erronées sur le comportement ou les attentes des utilisateurs.

Le plus effrayant ? Vous ne savez même pas nécessairement que cela se produit ! Cela peut arriver à n'importe quel moment du processus de recherche.

Pourquoi les préjugés dans la recherche sur les utilisateurs sont-ils mauvais pour la gestion des produits ?

Les préjugés dans la recherche sur les utilisateurs peuvent être INCROYABLEMENT nuisibles lorsqu'il s'agit de gestion de produits.

Si des données inexactes sont collectées, elles peuvent conduire à des hypothèses erronées sur ce que les utilisateurs veulent réellement ou ont besoin d'un produit. Cela entraîne une perte de temps et de ressources, car les développeurs et les équipes chargées des produits passent du temps à construire quelque chose qui n'est pas étayé par les besoins réels des utilisateurs.

Il est vraiment important de s'assurer que les résultats des recherches peuvent être fiables et exploités, car le succès d'un produit en dépend souvent.

Tout ce que j'ai besoin de dire ici est New Coke...

Si vous êtes trop jeune pour le savoir (ou si vous détestez simplement le sucre !), sachez que le monolithe des boissons gazeuses a failli faire faillite dans les années 1980 lorsqu'il a décidé de modifier sa formule.

Coca-Cola a étudié le marché et a même dépensé des millions de dollars pour des recherches sur les produits, les utilisateurs, etc.

Plutôt que de créer un NOUVEAU produit, ils ont remplacé un produit bien-aimé, et le retour de bâton a été tel qu'ils n'en avaient jamais vu.

Il leur a fallu 77 jours pour revenir sur leur erreur et ramener une version de leur "formule originale", mais pendant ce temps, ils ont donné une leçon à tous les spécialistes du marketing et les chefs de produit sur les dangers d'une mauvaise recherche sur les utilisateurs. Une leçon de vie pour nous, je suppose !

La leçon à en tirer ? Le parti pris dans la recherche utilisateur est mauvais pour la gestion des produits, car il peut conduire à des erreurs coûteuses.

Peut-on se débarrasser totalement du biais de l'utilisateur dans la recherche ?

Nous avons donc identifié que le biais de l'utilisateur est un gros problème. Maintenant, nous savons certainement que nous pouvons l'éradiquer ?

Bien que nous ADORIONS vos vibrations, il est malheureusement presque impossible de se débarrasser totalement des préjugés en matière de recherche sur les utilisateurs. Cependant, il existe des mesures qui peuvent être prises pour répondre à la question "Comment éviter les préjugés dans la recherche utilisateur ?"

Consignez vos propres hypothèses et attentes

Littéralement, écrivez-le sur une feuille de papier et placez-la dans une enveloppe. Cela permet de s'assurer que vos propres idées préconçues ne finissent pas par influencer le processus de recherche sur les utilisateurs.

Soyez attentif au langage et à la formulation

La façon dont vous formulez les questions aux utilisateurs peut influencer considérablement leur réponse. Il est donc essentiel d'en être conscient pour éviter les biais dans la recherche sur les utilisateurs.

Veillez à ce que les participants soient à l'aise et détendus

Lors de la réalisation d'entretiens ou d'enquêtes, il est important de créer une atmosphère détendue qui encourage les participants à donner un avis honnête. Si un sujet se sent mal à l'aise, il peut commencer à donner des réponses qu'il PENSE devoir donner, plutôt que ce qu'il ressent vraiment. L'effet de l'aubépine, babyyyy !

Faire appel à plusieurs chercheurs

Vous n'êtes pas seul ! Dans la mesure du possible, faites appel à plusieurs chercheurs qui peuvent être en mesure de repérer et de se prémunir contre des préjugés qui pourraient passer inaperçus pour un seul chercheur. C'est là qu'un outil comme tl;dv peut VRAIMENT s'avérer utile. Outil de collaborationremote à la base, tl;dv permet aux chercheurs de partager leurs idées avec d'autres et de les rattraper en quelques minutes pour les aider à remettre en question les préjugés.

Posez des questions ouvertes

Évitez de poser des questions avec une bonne ou une mauvaise réponse. Posez plutôt des questions ouvertes qui permettent à la personne interrogée de fournir un retour plus détaillé sur ses expériences et ses pensées.

Utiliser des enquêtes validées

Si vous utilisez une enquête dans le cadre de votre processus de recherche, utilisez-en une qui a été validée, comme l'échelle d'utilisabilité des systèmes. Ou bien, créez vos propres questions d'enquête qui n'induisent pas le répondant en erreur.


Ne supposez JAMAIS

Comme le dit le vieil adage, "si tu supposes, tu fais de toi et de moi des ânes" !

Si un chercheur a une idée de ce qui pourrait causer un problème, il doit la tester ! Mais ne partez pas du principe qu'elle est correcte sans avoir recueilli de données au préalable. De même, ne partez pas du principe que chaque personne interrogée possède exactement le même niveau de connaissances ou les mêmes expériences.

Obtenez les réactions du plus grand nombre de personnes possible

Même si vous n'avez accès qu'à un nombre limité de sujets, essayez d'obtenir les réactions d'un large éventail de personnes afin d'acquérir une compréhension approfondie du sujet. En outre, n'oubliez pas qu'une chose reste toujours vraie : plus vous recevez de réponses, meilleure est l'image que vous donnez.

L'utilisation de tl;dv comme outil de recherche sur les utilisateursremote vous permet de dynamiser votre flux d'entretiens, en prenant et en enregistrant facilement des réunions en ligne en un clin d'œil.

Diversifiez vos sujets

De même, ne concentrez pas toutes vos réponses sur un type, ou deux types, de population. À l'ère de la recherche en ligne, la clé du succès réside dans la capacité à toucher un groupe d'utilisateurs aussi diversifié que possible. Non seulement vous disposerez d'un plus large éventail d'opinions sur lesquelles travailler, mais vous vous débarrasserez également, ou du moins vous diluerez, de tout préjugé culturel, psychologique et socio-économique que vous pourriez avoir à partir d'un seul groupe. Pour mieux comprendre les participants, essayez d'obtenir le plus d'informations possible sur eux. L'analyse de leurs caractéristiques démographiques et psychographiques peut aider à expliquer pourquoi ils utilisent le produit différemment.

Avoir des méthodes de documentation SUPER précises

Pour combattre les préjugés et garantir l'exactitude, documentez les commentaires des utilisateurs aussi précisément que possible. Cela permet d'éviter toute interprétation erronée de la part du chercheur ou d'autres parties prenantes. En enregistrant le comportement des utilisateurs et les résultats de la recherche d'une manière scientifique, vous éliminez complètement tout préjugé potentiel qui pourrait s'immiscer dans vos décisions relatives aux produits.

Une façon étonnante de le faire (si nous le disons nous-mêmes !) est d'utiliser tl;dv pour enregistrer les entretiens de recherche avec les utilisateurs. Notre outil de recherche UX remote capture les idées dans les propres mots des utilisateurs afin de minimiser les erreurs d'interprétation !

La bibliothèque tl;dv sert à la fois de référentiel UX et d'outil de documentation : plus besoin de compter sur une ou deux personnes pour enregistrer manuellement les commentaires des utilisateurs. Les données peuvent être partagées au sein d'une organisation afin que chacun ait accès à la forme originale de communication, ce qui permet de prendre des décisions plus éclairées sur la base des mots réels et de la communication non verbale des participants eux-mêmes.

ALERTE AUX PRISES CHAUDES ! Une mauvaise recherche UX est pire que l'absence de recherche UX.

Votre mère vous a-t-elle déjà dit que si un travail vaut la peine d'être fait, il vaut la peine d'être bien fait ? Il en va de même pour la recherche UX, et beaucoup de gens sont d'accord.

Il est essentiel de s'assurer que la recherche menée fournit réellement des résultats utiles. Une recherche UX mal menée peut conduire à des hypothèses erronées et à des décisions de produit peu précises. Plutôt que de vous fier à des suppositions ou à des anecdotes, prenez le temps et faites l'effort de recueillir des données précises qui reflètent le comportement des utilisateurs. Cela permettra à votre équipe d'économiser du temps et des ressources, et vous donnera également la possibilité d'éliminer réellement les préjugés.

La recherche UX est un élément essentiel du processus de développement de produits. Grâce à une collecte appropriée et précise de données, les hypothèses peuvent être démystifiées, les décisions de conception peuvent être prises avec plus de confiance et les produits s'amélioreront à chaque itération.

Mais il est important de se rappeler qu'une recherche mal menée, biaisée par des idées préconçues, est pire que pas de recherche du tout ! Alors faites-vous une faveur et prenez le temps de documenter les commentaires des utilisateurs avec précision. Et si vous cherchez l'outil idéal pour le faire, essayez tl;dv! Nous vous promettons que vous ne le regretterez pas 🙂 .

Maintenant, qui veut un nouveau Coca ?

tl;dv pour les ventes
Spend your time where it matters most. Uncover Sales intelligence and track how well your team follows your Playbooks. tl;dv is an AI Meeting Assistant that helps you (finally) get insights from all your meetings, right in your team's favorite tools.
Recordings & Transcripts (+30 languages)
Onboard new reps with ease
Evaluate your meetings against popular frameworks like MEDDIC, BANT and more
Create your own framework
Automatically push your meeting notes to your favourite CRM
Speaker insights to help you keep control of your meetings

tl;dv Blog

S'abonner à nos blogs

Abonnez-vous et restez au courant des derniers conseils et nouvelles sur les réunions, les ventes, Customer Success, la productivité et la culture du travail.